Amazon lightsail, les serveurs pour les nuls

Même si Lightsail n’est pas une nouveauté - ce service a été lancé en 2016 - je viens de le découvrir. Ce service fait partie de la galaxie AWS. AWS m’a toujours impressionné, mais aussi très souvent repoussé pour plusieurs raisons : 1. L’environnement est complexe, avec beaucoup de jargon spécifique AWS. 1. Le pricing n’est pas toujours très simple à comprendre… Même les meilleurs n’arrivent pas toujours à estimer combien ça va couter à la fin. 1. Nous avons beaucoup d’hébergeurs français de qualité très satisfaisante, même si côté cloud personne n’arrive à la cheville d’Amazon.

C’est ce tweet qui m’a montré un service que je ne connaissais pas et qui m’a intrigué. Ce tweet est d’ailleurs un bon résumé de ce que l’on peut faire avec des conteneurs sur AWS.

Il y a plusieurs choses qui ont attiré mon attention : 1. Le positionnement marketing : Amazon s’ouvre à une cible qui n’était pas la sienne 1. Les prix sont beaucoup plus adaptés et vraiment simplifiés. 1. L’adaptation du produit : ils ont totalement mis à niveau leur produit pour cette cible qui est très différente de ses clients habituels. Lightsail a moins de procédures techniques et beaucoup de choses sont rendues accessibles au néophyte.

Le serveur pour les nuls

Lightsail permet de prendre un serveur chez Amazon à partir de 3,5$ par mois. Et cela de façon extrêmement simple. Et en plus d’un serveur, vous pouvez prendre d’autres services tels qu’une base de données managée, un CDN, de l’équilibrage de charge… Une de leur cible : l’hébergement de Wordpress, c’est d’ailleurs la première proposition quand on arrive sur l’installation d’un nouveau serveur.

Un peu de clarté dans l’offre

Un des gros points noirs d’AWS pour les novices (et pas que, d’ailleurs), c’est la compréhension des tarifs. Sur cette offre, ils ont fait des choses très simples. Suivant le dimensionnement du serveur, le tarif mensuel est de 3,5$, 5$, 10$, 20$, 40$, etc. On ne peut plus simple !

Ils ont aussi grandement limité les services disponibles, mais pourtant en offrant des options d’un niveau déjà très intéressant comme le loadbalacing, les snapshots, les bases de données managées, l’hébergement de conteneur Docker. Idem sur le dimensionnement des machines, cela va assez loin avec une instance 30Go RAM 8 vCPU et 640Go de stockage pour 160$ par mois.

Une ergonomie adaptée

L’ergonomie a aussi été travaillée pour s’adapter à la cible : le noob 😉. L’interface de gestion des serveurs n’est pas la console standard d’AWS, mais une version totalement dédiée et simplifiée.

Un exemple : se connecter en SSH sur son serveur, c’est pas toujours simple. Et bien là, Ligthsail a un terminal intégré dans son interface d’administration qui gère directement les clés SSH (mais évidemment vous pouvez mettre les vôtres !). Ça n’est qu’un exemple, mais vous voyez l’idée générale : rendre accessible un service performant.

Et par rapport aux Français ?

A priori, nos hébergeurs s’adressent principalement à des sysops, des gens qui s’y connaissent. En gros, si tu t’y connais, tu prends un serveur, sinon tu prends un hébergement mutualisé. Mais entre les deux… il n’y a aucune offre. Typiquement OVH fonctionne sur ce principe. La notion même d’hébergement mutualisé à elle-même terriblement vieillie d’ailleurs. Le principe était : tu as un petit site, tu es en mutualisé, mais si ton site est trop gros il te faut ton serveur. Or, le vrai sujet n’est pas là, mais sur la complexité technique de ton site. Un simple site sur Wordpress peut être gros en volume de contenu, en trafic visiteur… mais rester simple techniquement. On ne devrait jamais avoir besoin d’un serveur dédié pour héberger un wordpress….

Même si Scaleway pourrait avoir une offre produit assez proche avec quelque chose de très lisible, on est quand même sur un produit très technique qui n’est donc pas accessible à tout le monde.

Des offres comme les PaaS de Clever cloud ou Scalingo pourraient aussi répondre à ces besoins simples, mais je pense que leur cible habituelle reste quand même plutôt orientée développeurs. D’ailleurs leur promesse, c’est de permettre à un développeur de mettre en production tout seul son code sans avoir besoin de passer par un sysop.

Ceci dit, je ne suis pas certain qu’il y ait un marché en France pour ce type d’offre.

Une approche maligne

Je trouve que l’approche produit est maligne. En offrant un accès simple à l’univers AWS, Amazon permet à des entreprises de faire un premier pas vers eux. Ils ont réussi à effacer (ou peut être juste cacher) la complexité technique, et à l’éclaircir leur offre produit beaucoup trop touffue.

Olivier MARTINEAU Ecrit par :   

Entrepreneur enthousiaste (♥︎ produit & kpi), technophile (♥︎ dev & srv), co-président de la FRENCH TECH ROUEN, co-fondateur SPREAD, solution SaaS d'engagement clients (♥︎ people & action)