"Désolé, je n'ai plus d'adresse email"

Vous connaissez la “politique fiction”, voici de la “tech fiction” : “Désolé, je n’ai plus d’adresse email” va être une phrase qu’il va falloir s’habituer à entendre.

===

Aujourd’hui, cela semble inimaginable, mais d’ici quelque temps, la messagerie par email va disparaitre. À quelle échéance ? À mon avis, dans 5 ans, ça ne sera plus si rare de ne pas avoir d’adresse email. Et dans dix ans, seuls les dinosaures l’utiliseront encore.

Le besoin de communication entre personne sera couvert par d’autres solutions techniques, qui restent probablement à inventer.

Quelques signes qui me font prédire cette disparition

Les nouvelles générations ont déjà un usage plus que limité de l’email.

Ça n’est clairement plus pour eux un canal de communication, pas plus que le courrier papier pour les autres. L’email est tout au plus pour eux une nécessité pour communiquer avec l’administration. Le SMS reste une valeur sûre : une sorte de minimum vital de la communication, mais trop pauvre (pas de vidéo, tout juste quelques emojis…) et pas multi-device (le SMS est verrouillé au téléphone sans passerelle vers la tablette, l’ordinateur ou la console…). Et pour le reste - c’est à dire la plus grandes parties de leurs échanges - les clans se retrouvent sur Facebook messenger, Snapchat et toute la collection d’applications de chat. Les profils Facebook et Twitter ne servant que plus occasionnellement.

Un autre signe : la vitesse d’adoption des alternatives dans une entreprise.

Dans mon entreprise, la communication entre nous par email tend vers le néant depuis plus de 2 ans. L’email reste un canal de communication vers l’extérieur, pratique, grâce à son côté universel. Slack, un système de chat intraentreprise, a totalement remplacé l’email pour deux usages :

  • La communication entre 2 personnes. Slack est une sorte de canal de communication ouvert en permanence, ce qui permet de gagner beaucoup de temps, et en même temps limiter les distractions : dans Slack pas de formule de politesse, pas de bonjour, pas de cordialement. Un “t’es là” si on veut une réponse immédiate, sinon on pause directement sa question… Qui sera répondu plus tard.
  • La communication globale, de masse : la création de “channels” thématiques organise la diffusion d’informations, en permettant à chacun de gérer ses priorités de lecture.

L’usage en messages directs entre personne constitue la plus grosse partie de l’usage, même si les “channels” offrent une grande liberté d’auto-organisation des équipes.

###Et enfin : plus personne n’aime l’email !

Sérieusement, vous avez entendu récément quelqu’un dire : “Cool, j’ai reçu plein d’emails aujourd’hui. J’ai vraiment trop hâte de m’en occuper” ?

En réalité, tout le monde déteste sa boite email : elle est rempli d’une quantité de travail, plus ou moins inutile à réaliser. Elle est encombré de tout un tas de messages parasites :

  • ceux où vous êtes juste en copie, “pour information” (même si cela ne vous concerne pas),
  • toutes les “newsletters”, qui sont en réalité des publicités même plus déguisées,
  • des sollicitations commerciales de la 14e entreprise qui construit des stands qui vous a vu dans l’annuaire des exposants du salon e-commerce,
  • les notifications de tous les services en ligne, qui finissent par utiliser l’email pour nous dire que Kevin votre (ex) meilleur ami au CP aimerait beaucoup devenir votre ami, ou que Jean-Pierre, consultant en ressource humaine, aimerait beaucoup entrer en contact avec vous pour vous proposer ses prestations…

Certains arrivent à passer plus de temps à gérer leur boite à lettres qu’à utiliser leur intéligence pour vraiment travailler.

Pour autant, le vrai remplaçant de l’email n’est pas encore là.

Chacune des solutions utilisées aujourd’hui est propriétaire, et n’est donc pas universelle. C’est un frein absolu à son déploiement complet.

L’email est basé sur un protocole standardisé (SMTP). Celui-ci permet l’échange de message entre des systèmes hétérogènes. L’adressage en lui-même ( monsieur@patate.com) repose sur un autre standard fondateur du web : le DNS. Sans ces deux protocoles, ouverts et standards… le système de l’email ne fonctionne pas. On retrouve d’ailleurs ce même principe d’interopérabilité dans les SMS.

Alors qui inventera le remplaçant de l’email ? Voilà un vrai chalenge pour une startup !

Olivier MARTINEAU Ecrit par :   

Entrepreneur enthousiaste (♥︎ produit & kpi), technophile (♥︎ dev & srv), co-fondateur SPREAD, solution SaaS d'engagement clients (♥︎ people & action)

comments powered by Disqus