Enregistrer des vidéos sans montage

J’enregistre régulièrement des vidéos depuis quelques années, en général pour partager du contenu. J’ai par exemple fait toute une série sur le RGPD, mais aussi quelques interviews pendant le confinement ou encore une mini-formation sur la gestion du temps.

J’ai toujours l’impression que ca va être plus rapide d’enregistrer une vidéo que de faire un contenu textuel… C’est évidemment faux, en grande partie à cause du montage. J’ai même des vidéos enregistrées sur mon disque dur qui ne seront jamais mises en ligne parce que je n’ai pas la motivation pour faire le montage. Même si la solution que j’utilisais jusqu’à présent était assez efficace: je montais avec le logiciel Screenflow, qui, en plus, permet d’enregistrer en même temps écran et caméra.

Accélérer la mise en ligne de vidéos

Alors je me suis mis à la recherche d’une solution pour éviter au maximum la post-production. Lors du premier confinement, j’avais utilisé StreamYard. Fait pour être une mini-régie pour faire du live, il permet aussi de faire des enregistrements. Et leur concept de “scènes” permet d’enregistrer et d’activer live des dispositions d’écran. Pour le coup, c’était déjà pas mal. Mais en cherchant encore un peu, je suis tombé sur mmhmm.

À l’origine, mmhmm est fait pour améliorer sa présence dans les webconférences, mais en fait il a vraiment évolué vers la création de contenu. Imaginez, une sorte de Powerpoint où vous allez incruster votre vidéo, mais aussi pouvoir insérer des partages d’écran. En gros, mmhmm, c’est ça. Après, vous diffusez live, ou vous enregistrez pour diffuser sur Youtube ou autre.

Là, vous mourrez d’envie de voir le résultat ? Et bien voilà la première vidéo enregistrée avec mmhmm :

Vidéo Startup OS : bien démarrer

mmhmm, le powerpoint du contenu vidéo

Petite découverte de l’interface pour vous aider à comprendre :

  • La fenêtre principale présente la vue live, ce qui va être enregistré ou diffusé,
  • En dessous, les petites vignettes sont les slides, un peu comme des slides powerpoint (que vous pouvez importer d’ailleurs, comme du keynote, du pdf ou des images)
  • La première slide, celle affichée, est constituée d’une image et de l’incrustation de ma webcam.
  • La deuxième slide, c’est la courte vidéo d’intro, en plein écran et sans webcam,
  • De la slide 3 à 6, ce sont de simples slides, comme la première,
  • Et la 7ème, c’est un partage d’écran,
  • Et après j’ai encore une slide, et une petite vidéo pour l’outro.

/img/video-mmhmm.jpg

La vidéo que j’ai uploadée sur Youtube, est directement mise en ligne, sans aucun montage. Classe, non ? Je trouve le résultat hyper satisfaisant.

S’installer pour faire de belle vidéo

Je me suis aussi un peu creusé pour le setup complet pour être dans les bonnes conditions :

  • pour la lumière, je me suis mis face à deux grandes fenêtres, les rideaux faisant office de diffuseurs : j’ai l’impression que c’est nickel.
  • pour le son, j’ai un micro-cravate Rode filaire : ça ne coute pas très cher, et le son est très bon.
  • pour la vidéo, les fois précédentes, j’avais utilisé la webcam de mon mac. Mais il faut avouer qu’elles sont particulièrement de mauvaises chez Apple. Cette fois, j’ai utilisé mon iPhone avec une app qui le transforme en webcam. Il y en a plusieurs par exemple Camo et Epoccam. Moi, j’ai pris iriun webcam, qui est gratuit même en HD. Ils ont un mode “pro”, mais je n’ai même pas compris ce que ca apportait !
  • pour l’organisation du “studio” : je voulais enregistrer debout pour plus de dynamique et du coup j’ai eu besoin de mettre à la fois mon iphone/camera et mon ordinateur portable en hauteur. Pour cela, j’ai posé mon Macbook sur un escabeau (qui avait bien vécu d’autres vies d’ailleurs…) J’ai positionné aussi mon téléphone légèrement plus haut que moi pour avec une petite contre-plongée que je trouve plus élégant. Pour ça j’ai utilisé un pied acheté sur Amazon. Il est assez costaud et pratique. Pour être parfaitement incrusté, j’ai mis un fond vert créé avec un morceau de feutrine acheté dans le magasin de tissu du coin.

/img/video-setup.jpg

Alors c’est sûr, le temps de “preproduction” est encore trop important :

  • rédaction des textes,
  • réaliser graphique des slides,
  • préparation de la démo…

J’écris mes textes, même si je ne les lis pas. Mais je me les remets en mémoire avant de commencer. De temps en temps je suis tenté d’essayer le prompteur, on en trouve plein sur Amazon pas très cher maintenant (par exemple celui-là, ce n’est pas un conseil d’achat, juste pour que vous voyiez à quoi ça ressemble).

Mais comme je le disais dans une publication que j’ai faite sur linkedin : “Le mieux est l’ennemi du bien”. Il me reste plus qu’à me l’appliquer à moi, et faire des 14 autres vidéos que j’ai prévues. Souhaitez-moi bonne chance.

Olivier MARTINEAU Ecrit par :   

Entrepreneur enthousiaste (♥︎ produit & kpi), technophile (♥︎ dev & srv), co-président de la FRENCH TECH ROUEN, co-fondateur SPREAD, solution SaaS d'engagement clients (♥︎ people & action)